Un fantôme américain – Hannah Nordhaus

septembre 4
Aucun commentaire pour le moment

Joyeux lundi !

Et même s’il est synonyme de rentrée scolaire ou de reprise du boulot pour un grand nombre d’entre vous, ça ne veut pas dire qu’il sera forcément horrible. Ce lundi n’a rien de spécial pour moi et pourtant, regardez mon programme : dentiste, écriture d’une chronique, écriture d’un article pour le journal local dans lequel je travaille et « remise en beauté » de mes ongles… Voyez, y a mieux comme début de semaine. Quoiqu’il en soit, je profite de cette journée pour vous parler de ma dernière lecture. Un fantôme américain de Hannah Nordhaus, dont les épreuves non corrigées m’ont été envoyées par les édition Plein Jour. L’ouvrage sera disponible en librairie dans 3 jours !

La Posada, une demeure de maître de Santa Fe, Nouveau-Mexique, appartenait jadis à Abraham et Julia Staab, venus d’Allemagne au milieu du XIXème siècle faire fortune aux États-Unis, avant d’être transformée en hôtel. Un siècle plus tard, un client d’un nouveau genre faisait son apparition : un fantôme – une femme aux yeux tristes, errant à travers les couloirs dans sa longue robe noire. Et la rumeur enfla. Julia Staab, morte en 1896, était revenue habiter sa maison.
Hannah Nordhaus est l’arrière-arrière-petite-fille de Julia. Elle a longtemps rêvé, adolescente, sur la métamorphose de cette épouse juive d’autrefois en un fantôme contemporain. Vingt ans plus tard, elle a décidé de partir à sa recherche, d’arracher Julia aux rumeurs en enquêtant sur sa vie. Que s’est-il passé, à Santa Fe, au XIXème siècle ? Que se passe-t-il aujourd’hui ? Peut-on rencontrer les morts, peut-on ressusciter le passé ? 

L’auteur, journaliste et écrivain, réalise un travail de recherches incroyable pour retourner sur les pas de ses ancêtres. Plus qu’un roman, cet ouvrage est très documenté et explore la vie de ces allemands juifs immigrés aux États-Unis, loin de toutes traditions pour reconstruire leur vie. Nouveau continent, nouveau pays, nouvelles moeurs, nouvelle vie. Le voyage en lui-même était déjà très contraignant : bateau pour traverser l’Atlantique, train jusqu’au milieu du continent puis diligence pour parcourir les derniers kilomètres, les plus longs dans un pays sec et désertique. Julia, jeune femme fraîchement mariée, laisse tout ce et ceux qu’elle connaît derrière elle pour suivre son mari à la découverte d’un nouveau monde. Qu’a-t-il bien pu lui arriver pour qu’elle revienne hanter sa maison, un siècle plus tard ?

Je l’avais annoncé sur les réseaux, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cette lecture. Je trouvais le récit long et fastidieux et effectivement, j’ai bien du mettre un mois (voire plus) pour le terminer. Mais comme je n’aime pas laissé une lecture en cours, j’ai persévéré et j’en suis venue à bout la semaine dernière. J’ai appris beaucoup de choses grâce à ce livre et même si ce type de récit n’est pas ma tasse de thé, je ne regrette pas cette découverte.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *