Bien le bonjour !

Cette semaine, j’ai lu l’édition illustrée par Margaux Motin et publiée par Tibert éditions, de Persuasion, l’une des nombreuses oeuvres de Jane Austen. J’avais un peu peur de trouver le récit longuet et de m’ennuyer mais bien au contraire, j’ai beaucoup apprécié l’histoire d’Anne Elliot.

Walter Elliot, veuf, noble et propriétaire d’une immense et belle maison est obligé de la mettre en location pour garder un train de vie correspondant à sa position. Il est père de 3 filles, l’aînée Elizabeth l’aide à la maison et ne tardera pas à se marier, la dernière Mary l’est déjà selon les convenances, mais la troisième Anne , à 27 ans, ne l’est pas encore. Pourtant, elle a été fiancée à Wentworth dont elle était follement amoureuse, mais à ce moment-là ce dernier ne correspondait pas aux critères d’un bon mariage au vu du statut de Anne. 8 ans plus tard, Wentworth est devenu Capitaine et il est de retour dans le cercle de la famille Elliot. Comment Anne va-t-elle réagir ?

J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Anne, intelligente, tolérante et moderne dans sa façon de voir la vie. Elle n’est en rien comme ses soeurs qui ne cherchent que la reconnaissance de leur rang. Elizabeth est le portrait craché de son père, orgueilleuse, superficielle et dédaigneuse. Mary est égocentrique, hypocondriaque et une drama queen. Anne, entre les deux, se retrouve bien souvent effacée et négligée. Dans sa famille, on ne prend pas la peine de lui demander son avis. Pourtant, sa chère amie Lady Russel et d’autres membres de leur société voient bien le potentiel qu’elle a et s’appuient beaucoup sur elle en différentes occasions. Anne est serviable, aimable et discrète. Elle est aussi de bons conseils. Mais lorsque Wentworth revient dans la communauté, elle sent son coeur défaillir, exactement comme huit années auparavant. Mais lui ne semble pas la remarquer et s’intéresse plutôt aux jeunes filles Musgrove. Anne doit prendre sur elle-même pour surmonter cette épreuve.

Je n’avais lu de Austen que Orgueil et Préjugés. C’était il y a déjà de longues années et je ne me souvenais pas que son écriture pouvait être si intéressante. Elle sait décrire parfaitement la société d’autrefois qui raffole des potins et peut être très superficielle. Ses personnages sont très bien travaillés, chacun avec sa psychologie spécifique. Elle a tendance à pousser ses héroïnes vers une indépendance d’esprit et de caractère, même si elles finissent bien souvent par se marier. Mais les deux ne sont finalement pas incompatibles.

Quelle superbe édition que celle de Tibert ! Les illustrations humoristiques de Margaux Motin ajoutent des touches de peps et de légèreté au récit, très appréciables.