Harry Potter et l’enfant maudit – J.K. Rowling, John Tiffany & Jack Thorne

février 5
Aucun commentaire pour le moment

LA lecture tant attendue de ces derniers mois ! Je suis impressionnée par ma patience sur ce coup-là ! J’ai eu le livre à ma portée pendant deux longues semaines en novembre dernier, mais je n’y ai pas touché. Je me réservais pour les fêtes. Et puis finalement, le 25 décembre, pas de Harry Potter sous le sapin… alors j’ai encore patienté jusqu’en janvier pour me l’offrir. Mais ça y est, j’ai lu les dernières lignes hier ! J’ai bien essayé de ralentir ma lecture au maximum, mais une pièce de théâtre se lit beaucoup plus vite qu’un roman, c’est comme ça.

Je pense qu’à ce jour, à peu près tout le monde doit savoir de quoi parle ce fameux « huitième tome », qui en fait, n’en est pas un. Non, Harry Potter et l’enfant maudit est une pièce de théâtre écrite à six mains par J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne. Elle se joue à Londres depuis juillet 2016. On retrouve bien sûr notre trio favori parmi les personnages importants mais ce sont surtout leurs enfants que l’on suit dans cette nouvelle aventure. En effet, le récit se déroule dix-neuf ans après la bataille de Poudlard. Harry est aujourd’hui marié à Ginny, ils ont trois enfant : James, Albus et Lily et il travaille pour le ministère de la Magie. Hermione et Ron sont mariés et ont deux enfants : Rose et Hugo. Elle est ministre de la Magie et Ron tient le magasin de farces et attrapes avec George. Le professeur McGonagall est directrice de Poudlard et Drago Malfoy porte encore les couleurs du deuil de sa femme Astoria. Des rumeurs courent sur leur fils Scorpius, disant qu’il serait le fils de Voldemort.

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il travaille au coeur des secrets du ministère de la Magie. Marié et père de trois enfants, Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, tandis que son fils Albus affronte le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Quand passé et présent s’entremêlent dangereusement, père et fils se retrouvent face à une dure vérité : les ténèbres surviennent parfois des endroits les plus inattendus. 

J’ai trouvé le début de la pièce très rapide, on passe d’une année à l’autre en quelques pages voire même quelques phrases. Mais je comprends que c’est simplement pour placer le récit, donner le contexte et l’évolution de la relation entre Harry et Albus notamment. Finalement, le récit se stabilise et l’on se retrouve en début d’année scolaire, la 4ème à Poudlard pour Albus. Comme je le disais plus haut, une pièce se lit plus rapidement qu’un roman, il n’y a pas de longues descriptions, le contexte est rapidement expliqué, seuls les dialogues nous donnent de la matière. C’était intéressant de revenir dans la saga avec ce nouveau mode d’écriture, avec ce genre-là. Alors oui, à choisir, j’aurais préféré un vrai tome 8 mais je suis quand même contente de ce plus que J.K. Rowling nous a offert. J’aimerais beaucoup voir la pièce. Je crois que le choix des comédiens a beaucoup fait parler et j’avoue que cela m’intrigue. Je voudrais voir jouer les rôles de mes personnages préférés par d’autres acteurs que ceux (bien-aimés) des films, ça ne peut être que bénéfique à la saga, vous ne croyez pas ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *