L’assassin royal 4 – Robin Hobb

avril 19
Aucun commentaire pour le moment

Bonjour,

la dernière fois, j’avais laissé passer cinq mois avant de lire un nouveau tome de la série L’assassin royal de Robin Hobb. Cette fois, c’est presque six mois qui se sont écoulés depuis ma lecture du tome 3. Je viens à l’instant de terminer le tome 4 : Le poison de la vengeance. Il faut dire que je n’ai eu la suite qu’en février et non à Noël comme je l’espérais. Et puis, vous le comprenez certainement, d’ici là, ma PAL avait encore bien grandie. Le tome 5 m’attend sagement mais ce ne serait pas raisonnable de le lire de suite, car je viens de récupérer de nombreux services de presse pour me mettre à jour avant de commencer mon remplacement en librairie en mai prochain. Mais bref, parlons de FitzChevalerie maintenant !

À la fin du tome 3, Fitz meurt dans sa cellule où Royal l’a enfermé et torturé sous prétexte d’avoir tué le roi Subtil grâce à la magie du Vif. Son corps n’est pas brûlé comme le voudrait la tradition mais enterré. Dame Patience a pris soin de le nettoyer et de panser ses blessures avant de l’envelopper dans un linceul. Ces gestes accomplis avec bonté vont se révéler très bénéfiques. Car pour Umbre et Burrich, il n’était pas question que leur protégé soit roué de coups jusqu’à la mort pour satisfaire la vengeance du nouveau roi Royal. Le plan était alors d’empoisonner FitzChevalerie, de transférer son esprit encore vivant à Oeil-de-Nuit, son loup, grâce au Vif et de récupérer son corps quelques jours après l’enterrement.
En commençant le tome 4, on découvre Burrich et Fitz vivant à l’écart de Castelcerf, dans une petite cabane où le maître d’écurie ré-apprend la vie humaine à son apprenti. Ce dernier se rappelle petit à petit sa vie d’avant, mais garde encore de nombreux réflexes de loup et des traumatismes de sa torture. Les mois qui suivent « sa mort » se révèlent éprouvant. Mais au fur et à mesure, il se souvient de Molly, de Vérité, de l’Art et de la trahison de Royal. Un soir où Umbre leur rend visite, Fitz perd pied et exprime tout ce qu’il a sur le coeur aux deux hommes. Il les blesse malgré lui avec ses mots et dès lors, il va se retrouver seul avec son loup. Pourquoi vouloir vivre comme un homme ? Les loups vivent au jour le jour, en se souciant seulement de manger et dormir. Cette vie est tellement plus simple et Fitz est tenté de suivre Oeil-de-Nuit. Mais avec les souvenirs, les sentiments sont eux aussi revenus. Et plus que tout, il voue une colère immense envers Royal. Il décide donc de partir pour Gué-de-Négoce tuer le nouveau roi. C’est le seul objectif qu’il se donne et il s’empêche de penser à l’après, si jamais il y a un après.
On suit alors le Bâtard dans son voyage en terre de Bauge, accompagné du loup. Tous deux font des rencontres plus ou moins plaisantes. Des forgisés si loin des côtes des Six-Duchés, ce qui signifie que les Pirates rouges sont revenus et continuent leur avancée. Des gens fuyant Castelcerf pour essayer de vivre à l’intérieur des terres. Et puis d’autres duos étonnants tels qu’un homme et son ourse ou encore sa compagne et son aigle. Ces gens font eux aussi partis du Lignage. Ils intriguent Fitz qui est tenté à nouveau de rester à leur côté pour comprendre son Vif et le lien qui l’unit à Oeil-de-Nuit. Mais son désir de vengeance est plus fort. Et grâce à son Art, il sait maintenant que Vérité est encore en vie, quelque part au-delà des montagnes. Une fois qu’il aura tué Royal, Fitz partira à sa recherche.

Je dois le dire après chaque tome dévoré, mais quel plaisir de lire Robin Hobb ! On ne s’ennuie pas une seconde et on est à chaque fois surpris par les péripéties. La vie du jeune bâtard FitzChevalerie est loin d’être tranquille. Même si la seule chose qu’il espère au fond de lui est de retrouver Molly et sa fille à peine née, son devoir et sa loyauté envers le véritable roi Vérité l’emportent. Même si cela signifie se mettre en danger, être pourchassé par la garde de Royal et perdre le seul contact qu’il croyait solide, celui de son loup. Je n’en dirais pas plus mais encore une fois, vivement la suite !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *