Salut tout le monde !

Voici la lecture de la semaine : It de Catherine Grive, reçu grâce à On lit plus fort et Gallimard Jeunesse. Un roman pour adolescent dans la collection Scripto, assez court mais fort et nécessaire.

Au collège, on m’appelle « it » et le genre neutre du pronom anglais me va bien. Ce qui ne me va pas, c’est mon corps de fille sous la douche, dans le miroir… Car je sais que je suis un garçon.
Quand une jeune fille de quatorze ans trouve le courage et les mots pour dire à sa famille qu’elle se sent mal dans son genre.
Une histoire pleine de fraîcheur qui mêle humour et sincérité pour aborder la question essentielle du transgenrisme.

Voici l’histoire de Joséphine qui, suite à l’incendie de l’appartement familial, trouve enfin le courage de s’exprimer et réalise qu’elle est plus « il » que « elle ». Jo a tout perdu, l’incendie n’a rien épargné dans sa chambre. Mais elle s’en moque, elle a réussi à sauver son carnet de dessins et c’est tout ce qui compte. Dessiner lui permet de s’évader et de poser son ressenti sur le papier. Plusieurs choses l’inquiètent tout de même : d’abord, elle voudrait savoir comment va sa voisine, chez qui l’incendie s’est déclaré. Et puis, elle a un doute quand à son origine. Y est-elle pour quelque chose ? Elle ne se le pardonnerait jamais. Les quelques jours qui suivent cet événement majeur sont flous et étranges. Ses parents errent sans trop savoir que faire. Ils sont hébergés chez des voisins très gentils mais qu’ils connaissent à peine et c’est délicat. Et puis, ils ne reconnaissent plus leur fille… Pour Jo, cette tragédie a quand même un point positif, c’est l’occasion de se refaire une garde-robe, avec un nouveau style, encore plus à son goût, plus « masculin ».

Cette lecture est importante à mon sens, car le changement d’identité, de sexe est encore tabou et inconnu en 2019. Je suis loin de pouvoir imaginer ce que les adolescents d’aujourd’hui éprouvent mais j’ai toujours pensé que la littérature, qu’un bon livre pouvait aider, quelque soit la situation. C’est certainement le cas avec le transgenrisme. Cet ouvrage traite d’un sujet sensible et important, mais il pourrait être mieux raconté encore. J’ai trouvé l’écriture parfois un peu pauvre ou bâclée. Heureusement, l’ouvrage est court et se lit rapidement, autrement je n’aurais peut-être pas été jusqu’au bout.