Hello tout le monde !

Me revoilà avec une nouvelle lecture ! Ça commençait à faire un bout de temps que je n’avais posté aucune chronique. En fait, avant l’ouvrage dont je vais vous parler aujourd’hui, je re-lisais le tome 3 de Harry Potter. Celui-là, il m’a semblé que je n’avais pas besoin de vous le présenter, du coup, plusieurs semaines se sont écoulées avant que je revienne parler de mes lectures par ici. Le livre que j’ai terminé il y a quelques minutes à peine se nomme La librairie de l’île. Il a été écrit par Gabrielle Zevin et publié au format de poche chez Pocket en mai dernier. La traduction de l’anglais (USA) a été réalisée par Aurore Guitry.

A.J. Fikry a l’un des plus beaux métiers du monde : il est libraire sur une petite île du Massachussetts. Mais il traverse une mauvaise passe. Il a perdu sa femme, son commerce enregistre ses pires résultats depuis sa création et il vient de se faire dérober une édition originale précieuse. A.J. s’isole au milieu des livres jusqu’au soir où il découvre un bébé que sa mère a abandonné là avec un mot : Je tiens à ce qu’elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte. Réticent au premier abord face à l’ampleur de cette mission, le libraire tombe rapidement sous le charme de la fillette et entrevoit avec lui la possibilité d’un nouveau bonheur. Et si la vie valait bien qu’on lui accorde une seconde chance ?

A.J. n’est pas le libraire parfait. Il peut parfois se montrer intolérant, lunatique et rechigne à organiser des événements qui pourraient pourtant donner de l’élan à son commerce. En tant que lecteur, il n’est pas facile non plus. Ses préférences se résument aux nouvelles et encore, triées sur le volet. Lorsqu’Amélia, jeune représentante pour une maison d’édition de Boston, le rencontre pour la première fois, il se montre méchant et refuse tout ce qu’elle lui propose. Il faudra quatre ans et l’entrée de Maya dans la vie d’A.J. pour que celui-ci s’adoucisse et décide enfin de s’excuser auprès d’Amélia. La vie sur l’île d’Alice n’est pas tous les jours rose mais la librairie contribue à la rendre plus belle. De nombreux clubs de lecture se sont formés au cours des années, notamment celui lancé par Lambiase, policier devenu ami d’A.J. et parrain de Maya : le club du Choix du Chef. Ce duo étonnant que forment A.J. et Maya se transforme bientôt en trio en accueillant Amélia. Et de belles années s’écoulent alors dans la Librairie de l’île, plus belles et plus douces que tout ce qu’aurait pu imaginer A.J. suite au décès de Nick, sa première femme.

Ce roman optimiste et mélancolique à la fois s’adresse aux amoureux des livres mais également à ceux qui souhaitent simplement lire une histoire qui donne le sourire, parfaite pour les vacances. Le récit se déroule sur plusieurs années, ça passe d’ailleurs parfois assez vite mais ce n’est pas gênant. Il est entrecoupé par une liste de nouvelles recommandées par A.J. à Maya. Ses choix évoquent des moments de sa vie, des choix, des situations et il laisse cette sorte d’héritage à la jeune fille qui souhaite devenir écrivain. Selon lui, si elle parvient à maîtriser l’art de la nouvelle, elle saura tout écrire par la suite.
J’ai passé un bon moment avec cette lecture, commencée dans l’avion pour Londres. Je vous la recommande si vous cherchez un ouvrage réconfortant.