Tout plutôt qu’être moi – Ned Vizzini

juin 10
Aucun commentaire pour le moment

Hello,

j’aurais mis un peu de temps, mais ça y est, j’ai terminé ma lecture du moment, à savoir : Tout plutôt qu’être moi de Ned Vizzini, envoyé par Fanny du groupe Anne Carrière éditions, pour les éditions La Belle Colère (rappelez-vous, je vous parlais ici de leurs belles couvertures). Je n’avais pas réalisé en lisant la quatrième de couverture que je connaissais cette histoire ! Car oui, comme beaucoup, ce livre a été adapté au cinéma. Il est sorti en 2012 sous le titre It’s kind of a funny story, réalisé par Ryan Fleck et Anna Boden et on y retrouve entre autres Zack Galifianakis et Emma Roberts. Et j’ai vu le film, de ce fait bien avant de lire le livre, chose plutôt rare !

Mais bref, parlons du livre qui est quand même bien plus intéressant que le souvenir que j’ai du film !

Craig Gilner a 15 ans et il vit à Brooklyn avec sa famille. Aujourd’hui est le plus beau jour de sa vie car il vient d’atteindre son objectif : intégrer la prépa Executive Pre-Professional. Cela fait des mois qu’il travaille pour pouvoir être accepté. Il a obtenu la note de 800/800 ! Mais alors, pourquoi le retrouve-t-on quelques mois plus tard, déprimé ?
Craig ne dort plus, ne mange plus, vomit ses tripes et laisse les devoirs s’accumuler. Il sort quand même de temps en temps pour aller « glander » chez Aaron, son meilleur ami chez qui il fume parfois de l’herbe. Mais la défonce ne l’aide pas vraiment. Et puis, il y a toujours Nia chez Aaron, et Craig est jaloux de leur relation. En entrant dans la prépa, il pensait être intelligent, être capable de réussir dans la vie mais cette école ne fait que le plonger dans un état dépressif inquiétant. Quelle pression, quelle compétition ! Craig se sent minable et son état empire de jour en jour.
Jusqu’à cette nuit où il est bien décidé à en finir. Il a déjà repéré l’endroit du pont de Brooklyn d’où il peut sauter. Dans la soirée, il embrasse (une dernière fois) ses parents et sa soeur et se couche dans le lit familial, pensant qu’il leur doit bien ça. Mais le sommeil ne vient pas (comme d’habitude). Au milieu de la nuit, alors que sa mère dort profondément à l’autre bout du lit, Craig se lève, s’habille et déambule dans le salon. Il feuillette un livre sur la perte d’un être cher et décide finalement d’appeler SOS-suicide. C’est la meilleure idée qu’il ait eu depuis bien longtemps ! Son interlocuteur lui conseille de se rendre aux urgences les plus proches et d’expliquer son mal-être.
Le jeune garçon se rend donc à l’hôpital à deux patés de maison de chez lui et se fait prendre en charge. Il était pourtant résolu à en finir mais son coeur s’est mis à battre comme jamais, comme si lui était bien résolu à vivre ! Craig est alors interné pour quelques jours en hôpital psychiatrique, dans la section adultes, car celle des ados est en travaux. 5 jours en Nord Six, 5 jours qui vont finalement changer sa vie. Il attendait un déclic, le déclic qui prouverait qu’il va mieux. Mais guérir est un long processus et ce sont des rencontres, des échanges et des activités ludiques qui vont chasser sa déprime et lui ouvrir les yeux.

J’ai rarement lu un ouvrage dont le personnage principal est un ado dépressif. C’est peut être un sujet dont les éditeurs ne raffolent pas. Pourtant je crois que la dépression chez les adolescents et les jeunes adultes est de plus en plus commune et c’est ce type de livre qui peut aider ceux qui en souffrent. Les éditions de la Belle Colère ont choisi d’éditer des romans pour adultes, qui parlent d’adolescents mais qui peuvent aussi être lu par des plus jeunes. C’est un pari réussi à mon sens. Le récit de Ned Vizzini est fort et authentique, car l’auteur souffrait lui aussi de dépression. Je conseille ce roman et j’ai hâte de découvrir le dernier reçu, La nuit, nous grandissons de Ben Brooks. Merci encore Fanny pour ces envois !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *