Rosa candida – Audur Ava Olafsdottir

janvier 27
1 Commentaire

Bonjour tout le monde !

Ouf, j’ai enfin terminé ma lecture en cours. J’ai vraiment été lente sur ce coup-là. Mais attention, cela n’avait rien à voir avec le livre, c’était plutôt que j’avais envie de faire autre chose que lire. Regarder des séries, des films, recommencer Friends etc. Pourtant, ça faisait un moment que j’attendais de lire Rosa Candida de AuÐur Ava Ólafsdóttir. Et j’ai eu la chance de le recevoir dans un swap pour Noël, dans un beau poche de Zulma éditions. Mais passons, je l’ai lu et surprise : j’ai beaucoup aimé !

Arnljótur est un jeune homme de 22 ans, sur le point de quitter son île natale, son père et son frère jumeau Jósef pour redonner vie à une célèbre roseraie italienne. Il laisse derrière lui Anna, une amie d’un ami, avec qui il a vécu une seule nuit d’amour dans la serre familiale. Ces quelques instants ont donné vie à Flóra Sól, une adorable petite fille. Le jeune homme part sans trop savoir ce que lui réserve son avenir. Une seule chose est sûre, il va accomplir sa passion. Arnljótur aime l’horticulture depuis son plus jeune âge. C’est une passion qu’il partageait avec sa mère, morte trop tôt dans un accident de voiture. Il emporte avec lui quelques pieds de la rose à huit pétales, créée par sa mère, dans le climat difficile de l’Islande. Son voyage n’est pas simple. Dès l’atterrissage sur le continent, Lobbie, comme le surnomme son père, est aussitôt emmené aux urgences pour se faire opérer de l’appendicite. Le réveil est difficile mais miracle, les boutures de rose tiennent le coup. S’ensuit un court séjour chez une amie d’enfance, le temps de se remettre sur pieds. Puis Arnljótur prend la route direction le sud de l’Italie. Ce séjour italien lui apportera finalement beaucoup plus qu’il ne s’y attendait. Au bout du voyage, la roseraie n’était pas seule à l’attendre.

Je suis soulagée d’avoir apprécié cette lecture. Soulagée car après toutes les éloges que j’entendais à son propos, j’avais un peu peur d’être déçue. Mais ça n’a pas été le cas. Si je devais toutefois trouver un défaut à ce roman, je dirais que quelques pages de plus seraient les bienvenues. Je serais bien restée plus longtemps aux côtés de Lobbie et de sa fille Flóra Sól dans ce petit village tranquille. Quelle délicatesse, quelle poésie, quelle tendresse entre ce jeune père passionné de fleurs et cette enfant à peine âgée de 9 mois. On se sent bien dans ce livre, on a envie de continuer à regarder des films avec frère Thomas, de pavaner avec le jeune papa, de se promener dans la roseraie et de voir grandir Flóra Sól. J’ai d’autant plus hâte de lire les autres ouvrages de l’auteure.

  1. Amélie

    février 2

    J’ai lu ce livre il y a deux-trois ans et bizarrement je n’avais pas tant accroché que ça, je m’étais sentie assez « extérieure » à l’histoire et au personnage d’Arnljótur. Mais je me rappelle aussi avoir trouvé ce roman très dépaysant et poétique, et ça c’était plutôt chouette.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *